You are here

Plein zoom sur nos arbitres

Nous souhaitons mettre à l’honneur, pour cette rentrée rugbystique, nos 3 arbitres qui officieront de nouveau pour cette saison 2019/2020.

Il est toujours bon de rappeler que sans eux, le rugby n’aurait aucun sens et surtout ne pourrait pas exister dans sa forme actuelle.

Artisan indispensable à la sécurité des joueurs et au bon déroulement des rencontres, il nous parait donc indispensable de mettre en lumière, ceux qui ont décidé de se mettre au service du jeu.

Nous vous proposons alors de découvrir Sébastien Savina, Octave Lanceleur et Romuald Le roux au travers de cette interview croisée.

 

Sebastien Savina

49 ans dont 28 d’arbitrage!

Ancien talonneur du SNR depuis l’école de rugby jusqu’à senior

Octave Lanceleur

27 ans dont 11 ans d’arbitrage

Joueur de poussin jusqu’à senior

Le roux Romuald

19 ans dont 3 ans d’arbitrage

Joueur de l’école de rugby jusqu’au pole développement

Alors messieurs pourquoi l’arbitrage?

SS: D’abord à la demande du club pour arbitrer les jeunes au tournoi des écoles de rugby (actuel Rugbymania), par curiosité ensuite pour mieux appréhender les règles en tant que joueur et les rapports avec les arbitres en tant que capitaine, par plaisir enfin car mener des matchs difficiles / à enjeu ou aider à l’épanouissement du jeu et des joueurs sur d’autres matchs est très gratifiant et enrichissant.

O-L: J’ai commencé à arbitrer en minime sur des plateau où mon équipe jouait et cela m’a plu directement. Cela me permet de vivre des choses que je n’aurais jamais vécu en tant que joueur.

R-L: Suite à ma blessure puisque je ne jouais plus autant que je le souhaitais, j’ai décidé d’arrêter de jouer. Mais voulant rester dans le milieu et encourager par Joël Moulère et d’autres personnes, j’ai commencé l’arbitrage encadré notamment par Octave Lanceleur. J’ai donc totalement découvert ce rôle important dans le rugby dans quelle je trouve énormément de plaisir à assurer la continuité du jeu et la sécurité des joueurs. Aujourd’hui je prends plus de plaisir à arbitrer qu’à jouer.

Quel est votre vision de l’arbitrage et le rugby actuel?

S-S:  L’arbitrage s’est énormément professionnalisé ces dernières années, à tous les niveaux et cela se ressent sur le terrain. Les arbitres sont prêts physiquement et sont de plus en plus et mieux formés au jeu alors qu’ils n’étaient avant formés que sur la règle, la communication s’est aussi améliorée. Cela va dans le sens du rugby qui va beaucoup plus vite qu’avant avec des impacts plus forts. Il reste un fléau à éradiquer des terrains, les plaquages dangereux (les nouvelles règles qui vont se mettre en place vont dans ce sens) et les déblayages et toute forme de jeu dangereux sur et autour des zones de contact, plaqueurs/plaqués, ruck, qui nuisent à l’intégrité physique des joueurs.

D’autres règles vont être mises à l’essai en Australie cette saison, visant à ouvrir des espaces sur le terrain et ainsi à rendre le rugby moins cadenassé et plus spectaculaire, en faisant reculer les défenses et les obligeant à se réorganiser différemment. Cela peut être une solution pour éviter un jeu de perce-muraille systématique, ennuyeux et traumatique pour les joueurs, à suivre…

O-L: Le plus compliqué dans l’arbitrage est de réussir à s’adapter au nouvelles règles qui changent chaque année. Après nous avons la chance d’être dans un sport où l’arbitre est quand même respecté. L’année qui vient ne vas pas être simple encore avec de nouveaux changements de règles mais je suis sûr que les arbitres comme les joueurs s’adapteront très rapidement.

R-L: L’arbitrage est aujourd’hui reconnu et a un impact conséquent dans le rugby car les arbitres doivent aujourd’hui autant s’entrainer que les joueurs. Et l’arbitrage français est très bien encadré et structuré à tous les étages et les résultats obtenus montrez que la formation française porte ses fruits comme par exemple les désignations de Romain Poite, Jérome Garces ou Mathieu Reynal sur des matchs internationaux de premier plan.

Le rugby actuel redevient et encouragé par la FFR un jeu de mouvement et d’évitement notamment grâce au programme #bien joué et des plans d’action au niveau de l’école de rugby afin d’éviter les impacts et chocs « violents » et les accidents tragiques de ces dernières années. Le jeu s’accélère avec moins d’affrontement direct, et les nouvelles règles ou le changement de certaines font que les arbitres doivent s’adapter et assimiler les différents changements du rugby actuel.

Votre regard sur le SNO

S-S: Etant un peu éloigné géographiquement et souvent pris par l’arbitrage, ma vision se fait au travers de ce que me rapporte mes collègues et de ce que je peux lire. Pour moi, ce club fait partie des clubs référents en matière de formation dans le Grand-Ouest, il faut donc continuer à porter le maximum d’efforts en la matière et, à ce titre, être exemplaire sur et en dehors du terrain. C’est aussi un club à dimension sociale avec toutes ces actions à destination des milieux scolaires, des cités, du handicap, de la santé…

O-L:  Un club qui remonte après les quelques soucis qu’on as pu connaître. J’espère que la saison seras bonne pour aller chercher la qualification car même si l’on ne peut pas être sur le bord du Pré Hembert nous suivons les résultats de prêt.

R-L: Le SNO est un club qui est reparti sur une base solide après sa relégation en division honneur avec un projet ambitieux avec une équipe de première avec beaucoup de jeunes joueurs issus du centre de formation ou recrutés qui propose un jeu avec beaucoup de vitesse. C’est un club familial ou il règne une bonne ambiance avec un grand travail des bénévoles. L’école de rugby compte également beaucoup de licencié et présente des équipes compétitives ce qui est encourageant pour l’avenir.

Vos objectifs pour cette saison?

S-S: je suis un vieil arbitre en fin de carrière donc sans ambition personnelle de classement, de niveau. Ma seule ambition perso est de continuer à me faire plaisir en participant aux matchs de PROD2 sur lesquels j’interviens comme juge d’en-but et en arbitrant encore quelques matchs de jeunes ou de séries régionales.Et, bien sûr, continuer de participer à l’organisation régionale de l’arbitrage et à la formation des jeunes arbitres, responsable de secteur sur Nantes, superviseur, coach, accompagnateur, il y a de quoi faire et c’est passionnant.

O-L: Pour ma part j’espère accroché la short liste en F2 qui permet d’être supervisé par des superviseur du niveau supérieur et ainsi peut être espérer monter en F1. Mais avant tous ça il faut faire une bonne saison.

R-L: Arbitrer le plus de matchs possible et passer l’examen fédéral et pourquoi pas celui du jeune arbitre.

 

Nous tenons au nom de tout le club à remercier nos arbitres pour leur dévouement et leur disponibilité. Il sont pour nous un exemple vis à vis des valeurs essentielles à notre sport. 

Nous en profitons pour rappeler que si la France du rugby brille également, c’est part sa représentation au niveau mondial de nos arbitres, Nation la plus représentée avec l’Angleterre pour le prochain mondial c’est une vrai récompense pour l’arbitrage français.

 

Enfin, nous en profitons pour rappeler que nous avons toujours besoin de nouveaux arbitres, alors si vous êtes intéressés, n’hésitez pas à vous signaler auprès du secrétariat ou de vos éducateurs.

Et pour ceux qui hésitent encore, il suffit de lire Romuald notre jeune arbitre:

« L’arbitrage a permis de rester dans le milieu de l’ovalie au contact des joueurs et du jeu. Cette fonction m’a permis de prendre plus confiance à moi, mieux gérer la pression. Cette fonction nécessite qu’on soit organisé, rigoureux et pédagogue notamment pour les catégories jeunes. Et surtout il me permet de prendre du plaisir sur le terrain a encadré les joueurs et dirigés le jeu beaucoup plus que je l’imaginais en commençant l’arbitrage ».

 

L’Avenir en Rouge et Noir

Share

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Top