You are here
Home > Actualités >

A l’honneur, Sébastien Savina, l’arbitre du SNRLA

Pas toujours facile d’arbitrer, et pourtant, sans arbitre, pas de Rugby.

L’occasion de parler de Sébastien Savina qui  représente le SNRLA, et qui  a arbitré à partir de 18 ans jusqu’à La Fédérale 1.

Courage, respect, solidarité, pour Sébastien Savina, ce sont les mots qui lui viennent en tête quand il qualifie le Saint-Nazaire Rugby LA.

Interview….

« Partout où je vais, il y a du respect et de la convivialité. C’est cela que j’aime dans le rugby. »

SebastienSevina SebastienSevina
Finale Balandrade pour Sebastien Savina

 

1/ Comment es tu venu au Rugby et quel a été ton parcours de joueur?

J’ai pris ma 1ère licence au Sporting après être aller voir mon frère ainé au Plessis, lui-même entrainé au stade par des copains du quartier (Petit Caporal). J’ai fait toutes les catégories jusqu’en senior. Talonneur et capitaine de l’équipe junior, entrainée par Alain DESMAS et Régis CASSET (déjà !), j’ai commencé à jouer un peu en 1ère à 18ans lors de play-off de 3ème division à Nérac, Bordeaux et Sarlat, sous les ordres de Jacques SUTRA et au côté de Joël MOULERE.

2/ Qu’est ce qui t’ a incité à arbitrer? 

Parallèlement, à partir de 18 ans, j’ai commencé à arbitrer en fin de saison sur le tournoi de St-Nazaire, l’ancêtre du Rugbymania, et comme ça se passait bien, les arbitres du secteur de l’époque (dont les nazairiens Roger PERRAUD, Alain ROUËNE, Jacky POTIRON) m’ont dit qu’il fallait que j’approfondisse, que ça m’aiderait sur le terrain en temps que joueur. Ils m’ont fait passer les examens et, à 20 ans, je me suis retrouvé fédéral après avoir passé le concours du jeune arbitre à Paris. Du coup, après une 1ère année en catégorie senior pas très réussie (de ma part), je suis passé du coté obscur du rugby !

 

3/ Quelle est ta philosophie de l’arbitrage?

Sur le terrain, « Arbitrer, c’est accompagner le scénario d’un match qui est écrit par d’autres, sans le modifier » (merci Didier MENE, je n’ai pas trouvé mieux), ça , c’est ce qui me passionne, aider les joueurs à développer leur rugby et installer de la confiance sur le terrain. En dehors du terrain (car l’arbitrage, ce n’est pas seulement 80 minutes le dimanche), mon leitmotiv, et c’est le message que j’essaie de faire passer aux arbitres du secteur de Nantes dont je m’occupe, c’est du plaisir, du plaisir et encore du plaisir. Plaisir de venir aux stages et réunions, plaisir d’échanger avec toutes les composantes du rugby (célèbres ou anonymes) autour d’un verre, plaisir de partir arbitrer le dimanche, même à 400 kms de chez toi (pardon à mes blondes) parce que tu vas passer un bon moment dans un milieu qui t’a apporté tant de joies.

 

4/ Et ton meilleur souvenir d’arbitre?

Comme j’ai eu la chance d’arbitrer sur le champ jusqu’en 1ère division fédérale et de participer comme juge de touche ou N°4 à des tas de matchs pro. (TOP 14, PROD2, matchs internationaux, coupe du monde U20, finales nationales…) les bons souvenirs ne manquent pas mais si je dois en retenir un, c’est la finale du championnat de France Balandrade la saison dernière entre Langon et Nafaroa à Mugron (Landes). C’est toujours un honneur et une récompense d’être désigné pour arbitrer une finale et là, tout y était, ambiance, qualité du match, suspens, et heureusement, pas de fausse note dans l’arbitrage, le scénario rêvé !

 

5/ Que représente pour toi le Saint-Nazaire Rugby?

Le SNRLA, comme je suis sur Nantes depuis pas mal d’années maintenant, je le vis surtout par procuration sur le site ou dans la presse et la 1ère chose dont je m’inquiète le dimanche soir, c’est le résultat de son match. C’est surtout le souvenir de ma jeunesse au stade du Plessis où j’ai passé tellement de temps et c’est pour cela que j’y reste très attaché et que j’y suis toujours licencié. Plus généralement, je souhaite que le club, malgré les contraintes du niveau qui est le sien, reste avant tout un lieu de convivialité et d’apprentissage pour tous les jeunes joueurs qui y passent avec les valeurs fondamentales du rugby: courage,respect, solidarité.

SavinaJunior
Avec les juniors du Sporting

 

Share
Top