You are here
Home > Actualités >

SNRLA Vannes dimanche 15 heures, il était une fois dans l’Ouest

Non, il ne s’agit pas du remake du célèbre film de Sergio Léone, mais au Nord de la Loire, Saint Nazaire et Vannes s’affrontent régulièrement en championnat de l’élite amateur depuis 2006.
Si le SNR est centenaire, le Rugby Club de Vannes lui, a été fondé en 1950.
Les deux équipes avaient eu l’occasion de se rencontrer avant, mais c’est depuis l’accession du club morbihannais en Fédérale 1 que l’on assiste à des joutes où l’intensité et l’incertitude du résultat ont toujours engendré la passion sur la pelouse et dans les tribunes.
Car 5 000 spectateurs ont été régulièrement présents à chaque rencontre où cela s’est souvent joué sur un coup de dé.
On a beau essayer d’opposer les deux clubs, parler de rivalités, mais que feraient-ils l’un sans l’autre.

A ce jour, le SNRLA mène par 11 victoires à 8 après 19 oppositions.

Vannes n’a jamais pu gagner les deux rencontres (aller et retour) dans une saison.
Deux fois, les Vannetais l’avaient emporté au Pré-Hembert (2006/2007 et 2011/2012), mais à Vannes, le SNRLA s’était imposé.
Le SNRLA a gagné quatre fois à Vannes (une fois à La Rabine, trois fois à Jo Courtel) et a remporté deux fois le derby, en 2009/2010 et en 2012/2013

Tout commença un soir de septembre 2006 au Stade de la Rabine dans un match qui restera dans les annales.
Menés de 13 points à deux minutes de la fin, Vannes par deux essais revint à une encablure de Saint-Nazaire au bout des arrêts de jeu.
La transformation de la gagne de Le Barillier fut contrée par Mencel qui monta sur lui avec l’énergie du désespoir.

Vannes SNRLA, premier derby en 2006 à La Rabine
Vannes SNRLA, premier derby en 2006 à La Rabine, Esteban est parti depuis à Cognac

Vannes l’emporta au Pré-Hembert pour se venger de ce coup du sort.
C’est ainsi que l’histoire débuta et comme un signe du destin, pour qu’elle se perpétue, Jean-Noël Spitzer, Estéban Devich les entraîneurs du RCV et Sédrik Mollé, l’entraîneur du SNRLA, s’affrontaient déjà sur le terrain.
« Saint-Nazaire a toujours eu une grosse conquête, les parties ont souvent été très serrées et c’est souvent celui qui l’a le plus voulu qui l’a emporté. » Se souvient Esteban Devich, parti depuis à Cognac.
« Vannes est fidèle à ses valeurs bretonnes. » Affirme Sédrik Mollé, lui qui a connu tous ces derbys comme joueur, entraîneur et préparateur physique et qui précise que « les rencontres ont de tout temps été des matches de haut de tableau pour la qualification où l’enjeu n’a jamais tué le jeu. ».

Sédrik Mollé en 2007 aujourd'hui entraîneur
Sédrik Mollé en 2007 aujourd’hui entraîneur

La saison suivante, rebelote cette fois-ci à Saint Nazaire où Le Barillier ne put transformer la pénalité qui aurait donné le match nul à son équipe.

Le premier derby de Yann Dorbeaux

2007 au Pré-Hembert, premier derby pour Yann Dorbeaux
2007 au Pré-Hembert, premier derby pour Yann Dorbeaux

Le retour à Jo Courtel vit un one-man-show des Vannetais qui l’emportèrent 15 à 0.
En 2009, après que le SNR eut gagné le match aller, la dernière journée de la phase éliminatoire offrit un Vannes Saint-Nazaire décisif pour la qualification en Jean Prat.
Mais à 14 contre 15 à la suite du carton rouge de leur capitaine Loubery, les Vannetais eurent les ressources nécessaires pour l’emporter au finish.
En 2010, ce fut le SNR qui s’imposa par deux fois, avec la qualification en Jean-Prat au bout d’un match retour particulièrement indécis

Yoan Fédéré se souvient.
« Contre Vannes, cela a toujours été des rencontres d’une grande intensité car c’est une équipe rugueuse et solide devant. »
« Depuis 8 ans, c’est le derby, le match de l’année avec l’engouement des supporters des deux camps qui se déplacent à chaque fois. »
« C’est un peu notre PSG-OM, notre clasico, depuis ce match de la Rabine avec ce final hallucinant. » Se rappelle l’ancien seconde ligne nazairien.

En 2010/2011, les deux clubs oublièrent leurs vieilles rivalités pour la cause commune à la suite de la grave blessure de Pierre Tarence, montrant que la solidarité du Rugby de l’Ouest allait au delà du résultat brut d’un match.
Cette année là, c’est dans la neige que se joua la partie au Pré-Hembert avec l’indestructible Robert Lafon qui nettoya le terrain pour dégager les lignes de touches.

Saint-Nazaire - Vannes dans la neige en 2010
Saint-Nazaire – Vannes dans la neige en 2010

Victoire Nazairienne par la botte de Yann Dorbeaux, mais défaite à Jo Courtel.

En 2011/2012, chacun gagna sur les terres de l’autre, Vannes àu Pré-Hembert en résistant à quelques mètres de la ligne dans les 5 dernières minutes, le SNR en Morbihan après une première mi-temps de grande qualité et deux essais plus « un » à la clé.

En 2012/2013, le SNR s’imposa à l’aller comme au retour, mais les dernières minutes à Jo Courtel furent interminables, un essai étant refusé aux Bretons sur le fil du rasoir.

En 2013/2014, à l’aller, le SNR s’imposa 15 à 6 avec deux essais en début de rencontre.

Mais au retour, à La Rabine, on assista à une superbe rencontre avec du suspens jusqu’au bout devant 7000 spectateurs.

Une rencontre de tous les paradoxes, où un SNR dominé en mêlée et privé de munition en touche trouva les moyens de mettre sa main sur le match, se montrant bien plus inspiré dans le jeu que des Vannetais certainement tétanisés par l’ambiance inhabituelle pour eux.

Avec une défense portuaire remarquable qui plaqua à tour de bras.

On passa ensuite par toutes les émotions, Ford deux fois, puis Lebarillier ne mettant pas à profit les largesses de Mr Chartrain, pas trop inspiré dans l’affaire
Omondi prit un carton blanc bien sévère, et sur un coup de pied à suivre de Lebarillier, Duplenne récupéra la balle, résista à la défense adverse, et plongea derrière la ligne alors que l’on jouait la dernière minute.

Mais les Nazairiens jouèrent leu va-tout et ne lâchèrent rien.

Debrach lança la mécanique, Naves perça et plongea derrière la ligne, mais Mr Chartrain refusa  l’essai de la gagne, laissant le doute planer sur le résultat final du match.

8 à 11, et Vannes se qualifia, laissant leurs adversaires à une portée de points au classement.

Il y a des soirs….

 

Essai de Mathieu Bidau en 2012, à renouveler avec plaisir
Essai de Mathieu Bidau en 2012, à renouveler avec plaisir

La saison dernière, le SNRLA s’était dépouillé pour l’emporter face au leader 23 à 15, privant leurs adversaires du bonus défensif avec une pénalité de Pourchasse à la dernière seconde.

SNRLA Vannes, 23 - 15, l'exploit
SNRLA Vannes, 23 – 15, l’exploit

Au retour à La Rabine, ce fut un cavalier seul Vannetais.

59 – 22, plus gros score de l’histoire.

Et cette année on a remis ça pour un 39 – 3 qui fait penser que l’on ne boxe plus dans la même catégorie.

Peut-être, mais l’orgueil Nazairien peut bien soulever des montagnes.

Ce sera une nouvelle fois « il était une fois dans l’Ouest », et que le SNRLA dégaine plus vite que son ombre!!!

Share
Top